Sanctuaires : Un hâvre de paix bien mérité

Aux États-Unis, il existe entre autres deux merveilleux sanctuaires qui accueillent les animaux exotiques captifs dans le besoin. Il peut s’agir d’animaux de cirque « à la retraite », d’animaux ayant séjourné dans des zoos, d’animaux exploités, etc. Ces deux endroits offrent un grand habitat naturel à leurs pensionnaires afin de rendre leur vie plus heureuse et en harmonie avec l’essence même de ce qu’ils sont, c’est-à-dire des animaux sauvages et libres.

The Elephant Sanctuary in Tennessee | Performing Animal Welfare Society (PAWS)


The Elephant Sanctuary in Tennessee

(Ce texte est une traduction libre de certains passages du site www.elephants.com.)

Fondé en 1995, le Sanctuaire pour éléphants au Tennessee est le plus grand refuge américain offrant un habitat naturel spécialement conçu pour combler les besoins des éléphants en danger. Ses 2 700 acres sont situés dans la municipalité de Hohenwald, au Tennessee, à quelques kilomètres au sud-ouest de Nashville.

Ce sanctuaire existe pour deux principales raisons :

Cet organisme à but non lucratif accueille des éléphants âgés, malades ou dans le besoin qui ont été retirés des zoos et des cirques. Trois habitats naturels, distincts et protégés se retrouvent dans ce sanctuaire afin d’accueillir des éléphants d’Asie et d’Afrique. Ses résidents n’ont bien sûr plus à performer ni à amuser le public. Bien au contraire, ils sont encouragés à vivre comme des éléphants. Si bien que le grand public n’est jamais admis à franchir ce territoire.

Bien sûr, tous les éléphants du Sanctuaire sont soignés et nourris. Une équipe d’experts en soins de la santé (vétérinaires) veille à la santé physique et mentale des éléphants. Chacun d’eux reçoit donc les soins nécessaires à leur bien-être grâce à un programme spécialement conçu pour les éléphants du Sanctuaire.

De plus, l’éducation est partie prenante de la mission du Sanctuaire. Depuis ses tout débuts, le programme du Sanctuaire a instauré à des milliers d’étudiants du monde entier le respect de la vie sauvage par l’apprentissage de la réalité des éléphants d’Asie. Le Sanctuaire a même intégré la technologie à son programme d’éducation grâce à un système de téléconférence : téléphone, vidéo et multimédia sont d’excellents moyens de rejoindre écoles, bibliothèques, centres communautaires nationaux et internationaux.

Qui plus est, grâce à une technologie de pointe et à un système de caméra complexe, le Sanctuaire transmet en temps réel des images de ses pensionnaires éléphants évoluant dans leur habitat. C’est ainsi que, par l’EleCam, tout internaute a la chance de côtoyer quotidiennement les merveilleux éléphants sans pour autant les déranger. Voilà une façon respectueuse de voir évoluer les éléphants du Sanctuaire, et ce, 24 h sur 24, 7 jours sur 7.

À la rencontre de ses résidentes

Le Sanctuaire pour éléphants du Tennessee n’accueille que des femelles éléphants. La raison en est fort simple : ce n’est pas naturel pour les éléphants d’Asie femelles et mâles adultes de vivre ensemble. Ces animaux vivent en société matriarcale, c’est-à-dire que les femelles vivent en troupeaux avec seulement de très jeunes mâles, dont elles prennent soin. Qui plus est, les troupeaux sont formés de femelles ayant un lien de parenté : grand-mères, mères, tantes, soeurs et nièces. Elles forment une vraie famille, dirigée par la plus ancienne et sage des femelles.

Les jeunes mâles, qui dépendent encore de leur mère pour se nourrir, demeurent au sein troupeau matriarcal jusqu’à ce qu’ils soient sevrés. Habituellement, c’est vers l’âge de 6-10 ans que les jeunes mâles sont forcés de quitter le troupeau. Ils rejoignent rapidement un groupe d’autres jeunes mâles, de façon non permanente. Les jeunes mâles changeront ainsi plusieurs fois de groupe avant d’atteindre l’âge adulte.

Pendant cette période, on observe souvent les jeunes mâles à la filature de mâles adultes, sans jamais les voir interagir avec ces derniers. Ces adultes servent de modèles pour les plus jeunes. Une fois que le mâle a atteint ses 30 ans, il préfère passer la majorité de son temps seul.

Voici quelques résidentes actuelles ou du passé qui ont eu la chance de se reposer au Sanctuaire :

Tarra

Tarra

Tarra, alias Fluffie, est la toute première résidente du Sanctuaire. Née en 1974 au Burma, en Asie, elle a été capturée dans la nature alors qu’elle n’avait que 6 mois, ainsi séparée prématurément de sa mère. Avant de rejoindre le Sanctuaire en 1995, elle a passé son temps chez des propriétaires privés, dans les cirques à performer et dans les zoos à amuser les gens. C’est elle qui a inspiré la création du Sanctuaire. Sa nourriture préférée est le melon d’eau.

Après avoir été capturée, Tarra est importée aux États-Unis par avion. Un homme d’affaires de la California l’achète et la nomme Fluffie. C’est ainsi qu’elle passe la prochaine année et demie à attirer les foules dans le stationnement d’un magasin de pneus. Fort heureusement, Carol Buckley, alors étudiante au collège en soins d’animaux exotiques, apprend l’existence de Fluffie et devient sa gardienne, qui la soigne et la nourrit. Lorsque Fluffie atteint l’âge de 2 ans, Carol l’achète et la renomme Tarra.

Pendant les deux prochaines décennies, Carol et Tarra voyagent ensemble dans le monde afin d’amuser les gens dans les cirques, dans les parcs d’amusement, dans les zoos et à la télévision. Tarra devient même le seul éléphant au monde à être capable de faire du patin à roulettes, prouvant ainsi son intelligence, sa coordination et sa grâce. Cependant, Carol se rend bien vite compte qu’elle envoie le mauvais message aux audiences. C’est ainsi que Carol, accompagnée de Tarra, décide plutôt de mettre l’accent sur l’éducation des gens en regard des éléphants et des animaux exotiques.

En mars 1995, après 21 ans à amuser le public, Tarra, alors à la retraite, devient la première résidente du Sanctuaire pour éléphants au Tennessee, cofondé par Carol Buckey et Scott Blais. Au fil des ans, se joignent à elle Barbara, Jenny, Shirley, Bunny, etc. Tarra est toujours en vie et profite de son havre de paix en compagnie de ses amies.

Lota

Lota

Lota n’a pas eu la vie facile. Née en 1951 en Inde, elle a été capturée dans la nature alors qu’elle n’avait qu’un an, ainsi séparée prématurément de sa mère. Avant de rejoindre le Sanctuaire en 2004, elle a passé son temps dans des zoos et dans des cirques. Sa nourriture préférée était le brocoli.

Après avoir été capturée, Lota passe deux ans en captivité dans un zoo en Inde. Puis, elle est expédiée au Milwaukee County Zoo, au Wisconsin, où elle passe les prochaines 36 années. Là-bas, elle vit sous un régime strict, enchaînée à deux pattes pendant au moins 18 heures par jour. Elle est de plus battue. Après avoir été agressive envers une de ses consoeurs, elle est vendue pour un dollar à la Hawthorn Corporation, une compagnie de l’Illinois qui entraîne et loue des éléphants à des cirques.

Lota est donc entraînée et louée au Walker Brothers Circus. À l’été 1997, on lui diagnostique une tuberculose, maladie rependue au sein du troupeau de Hawthorn. Malgré tout, elle continue d’être louée à des cirques et de performer jour après jour. Ce n’est qu’en mars 2004 que l’USDA agit afin de s’assurer que Lota et les autres éléphants de Hawthorn soient transférés dans des sanctuaires, où ils pourront enfin recevoir les soins et la médication dont ils ont besoin.

Lota est donc donnée au Sanctuaire pour éléphants du Tennessee et arrive avec Misty à leur maison permanente en novembre 2004. Malheureusement, la maladie de Lota s’est considérablement aggravée et l'éléphant montre un manque de poids considérable à son arrivée au Sanctuaire. C’est ainsi que, malgré les soins vétérinaires et une qualité de vie améliorée, Lota s’éteint le 9 février 2005, n’ayant goûté à la liberté que pendant trois mois.

Delhi

Delhi

Delhi est née en 1946 en Inde. Elle a été capturée dans la nature alors qu’elle n’avait qu’un an, ainsi séparée prématurément de sa mère. Avant de rejoindre le Sanctuaire en 2003, elle a performé pour le Hamid Morton Circus puis elle a été louée à divers autres cirques par la Hawthorn Corporation. Pendant plus de 50 ans, lorsque Delhi n’est pas sur la route à performer, elle est enchaînée avec les autres éléphants. Sa nourriture préférée était les carottes.

Comme c’est le cas pour plusieurs éléphants en captivité, les pieds de Delhi commencent à se détériorer en avril 2002. Après 20 mois de soins non appropriés, la USDA confisque Delhi et l’envoie au Sanctuaire pour éléphants au Tennessee en novembre 2003. Delhi est le premier éléphant en Amérique à être saisi des mains de son propriétaire pour cause de traitements inhumains.

Delhi devient ainsi la 9e résidente du Sanctuaire et arrive avec un sérieux cas d’ostéomyélite, une infection des os qui affecte sérieusement les orteils de ses pieds avant. Les dommages de cette maladie sont malheureusement permanents. Le Sanctuaire fait pourtant de son mieux pour offrir à Delhi une vie meilleure et plus longue. Plusieurs vétérinaires prennent soin d’elle quotidiennement. Son état s’améliore grandement. En 2006, Misty fait son entrée au Sanctuaire et se lie d’amitié avec Delhi. Avec Misty à ses côtés, Delhi a soudainement les yeux brillants. Elles deviennent inséparables jusqu’à ce que Delhi meure, en mars 2008, à l’âge de 62 ans. Elle s’éteint paisiblement dans son sommeil.


Performing Animal Welfare Society (PAWS)

(Ce texte est une traduction libre de certains passages du site www.pawsweb.org.)

Fondé en 1984, PAWS est un sanctuaire situé en Californie et entièrement dédié à la protection des animaux victimes des cirques, des zoos et des commerces (animaux abandonnés, abusés ou à la retraite), afin de leur donner les meilleurs soins et un habitat naturel stimulant. Cette société à but non lucratif défend également les droits de ces animaux et sensibilise la population au respect de la dignité que ces êtres méritent.

L’histoire de PAWS débute lorsque la cofondatrice, Pat Derby, travaille avec des animaux exotiques en tant qu’entraîneur sur le plateau de plusieurs émissions et films dans les années 1970. Développant sa propre méthode d’entraînement basée sur la confiance et l’amour plutôt que sur la peur, Pat est choquée de découvrir une profession où règnent négligence et abus.

C’est pendant cette période qu’elle rencontre Ed Stewart, cofondateur de PAWS. Tous deux se battent pour la cause des animaux exotiques maltraités. Ils éduquent le public quant à la réalité des animaux captifs et à la nécessité de protéger l’habitat naturel de ces animaux exotiques.

Pat et Ed sont des pionniers pour leur méthode d’entraînement d’éléphants sans utiliser de bâtons, d’armes ni de techniques agressives. PAWS est le premier organisme qui utilise cette technique non dominante et, depuis 1985, le travail de Pat et d’Ed est devenu un modèle pour les propriétaires d’éléphants partout dans le monde.

PAWS accueille bon nombre d’animaux exotiques : éléphants d’Afrique et d’Asie, tigres, primates, ours, lions d’Afrique, lions des montagnes, etc. Tous ces animaux rescapés peuvent jouir d’un environnement spécialement conçu afin qu’il ressemble à leur habitat naturel. Ils vivent en paix et sont enfin loin de la peur, des chaînes et du confinement. Ils sont entièrement libres et ne performent plus. À l’exception d’une quantité limitée d’événements éducatifs annuels, PAWS n’est pas ouvert au public.

Tous les résidents de PAWS sont soignés par une équipe de plus de 30 spécialistes, gardiens et vétérinaires chevronnés. Ensemble, ils fournissent aux animaux des soins 24 h sur 24. Dès son arrivée à PAWS, chacun des animaux est examiné et soigné.

De plus, PAWS se fait un devoir d’éduquer les gens de l’industrie de l’amusement ainsi que le public quant au traitement infligé aux animaux exotiques captifs. Grâce à plusieurs campagnes de sensibilisation, de plus en plus de gens se sentent concernés par les problèmes relatifs à la captivité d’animaux et leur utilisation à des fins d’amusement.

Présentement, PAWS possède deux caméras, qui couvrent le territoire des éléphants d’Afrique et celui des éléphants d’Asie. Il est donc possible pour les internautes d’observer de manière respectueuse, du levée du jour au coucher du soleil, ces êtres extraordinaires. PAWS projette d’augmenter le nombre de ses caméras pour ainsi couvrir un plus large territoire. Pour réaliser ce projet dispendieux, PAWS compte sur les dons du public.

Quelques-uns de ses résidents

Voici quelques animaux qui résident à PAWS :

Annie

Annie

Annie est une éléphante d’Asie qui a été capturée en Inde en janvier 1954. Elle partage ensuite un habitat avec trois autres éléphants au Milwaukee Zoo jusqu’en 1994. C’est alors qu’une vidéo a été enregistrée où l’on peut voir les éléphants battus et entraînés cruellement. Le public demande donc que deux de ses éléphants soient amenés à PAWS.

Annie et son amie Tamara jouissent maintenant d’une retraite paisible dans un vaste habitat naturel au Sanctuaire. Aujourd’hui, Tamara est malheureusement décédée. Quant à Annie, elle souffre de problèmes d’arthrite causés par des années douloureuses pendant lesquelles elle a été enchaînée et maltraitée au zoo. Elle est toutefois l’une des plus actives des éléphants d’Asie les plus âgées. Elle passe ses journées à se promener dans le vaste pâturage parmi les arbres, à nager dans le lac et à se reposer sur une colline ensoleillée.

Ferguson

Ferguson

Ferguson, un macaque primate, a littéralement été laissé au pied de la porte de PAWS par son propriétaire. Celui-ci le gardait illégalement et avait peur des répercussions. Après l’avoir laissé dans une cage, le propriétaire de Ferguson a appelé PAWS pour aviser le personnel de la situation. Il a avoué avoir acheté le primate d’un éleveur d’animaux au montant de 6 000 $ au Nevada. Ferguson profite maintenant d’un habitat spacieux à PAWS. On peut régulièrement le voir assis sur un ballon, sautant dans son hamac ou jouant tout autour.

Gracie

Gracie

Gracie est un tigre âgé de 8 ans. Elle a été tirée d’horribles conditions. Elle avait été dégriffée et se trouvait dans un état de santé critique. Elle s’est bien adaptée à son nouvel environnement et à ses nouveaux amis à PAWS.